16 juin 2018

L'abandon des prétentions

                « L’abandon des prétentions » RINKEL Blandine (Fayard)   La mère racontée par sa fille. Un leitmotiv : « Qu’est-ce qu’une vie réussie ? ». Celle que se répète la Narratrice, cette fille qui retranscrit de brefs moments de la vie de Jeanine, la mère. Une femme qui s’avance dans la soixantaine, Jeanine. Une qui a presque réussi. Issue d’une famille déshéritée de paysans bretons, elle a mené un parcours universitaire qui fit d’elle... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 14:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 janvier 2017

Vie prolongée d'Arthur Rimbaud

                « Vie prolongée d’Arthur Rimbaud » BEINSTINGEL Thierry (Fayard)   Arthur ne serait pas à mort à Marseille. Isabelle Rimbaud aurait fait inhumer à Charleville le cadavre d’un autre, un anonyme. A son insu. On mourait en si grand nombre dans les hôpitaux phocéens à la fin du 19° siècle. Donc Arthur survit et s’en revient, après avoir appris dans la presse sa propre mort. Au terme d’un long périple, il s’installe dans ses Ardennes natales. Sous une... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 13:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
31 octobre 2016

Journal de la canicule

                  « Journal de la canicule » BEINSTINGEL Thierry (Fayard)   Le Lecteur ne dissimule pas ce qui s’apparente à de la déception. Il avait découvert l’Ecrivain Thierry Beinstingel, voilà un an ou deux, dans un précédent roman dont il garde un souvenir plutôt positif, « Faux nègres ». Ce nouvel opuscule, lui, l’a plutôt déçu. Ou, et plus exactement, il n’a pas répondu à son attente. (La nuance mérite d’être spécifiée.) Durant une... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 10:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 octobre 2015

Faux nègres

                  « Faux nègres » BEINSTINGEL Thierry (Fayard)   Rencontre plutôt inattendue avec un Ecrivain dont le Lecteur ignorait l’existence. Rencontre heureuse. Sur un mode littéraire, bien entendu, non seulement en raison des nombreuses références à Rimbaud, mais aussi par l’attrait singulier que provoqua une bien belle écriture. Mais encore sur un mode politique, celui que l’édition contemporaine s’évertue à tenir en marge de l’essentiel de ses... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 13:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 août 2015

La langue maternelle

                  « La langue maternelle » ALEXAKIS Vassilis (Fayard)   Le Lecteur a éprouvé le besoin de s’en revenir vers ce roman qu’il avait découvert voilà une vingtaine d’années. Puisqu’il y est question de la Grèce, et que ce pays-là se trouve au milieu de la tourmente depuis plusieurs mois. Pavlos vivait en exil à Paris. Comme tant d’autres grecs qui avaient fui la dictature des colonels. Il s’en revient à Athènes. Sous le prétexte de résoudre une... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 11:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 novembre 2014

Un homme, ça ne pleure pas

                « Un homme, ça ne pleure pas » GUENE Faïza (Fayard)   C’est quoi ce que nos éminents penseurs appellent « l’intégration » ? Faïza Guène répond à cette interrogation-là à travers le prisme de ce qui de toute évidence s’apparente à un certain vécu. Son narrateur, Mourad, est issu d’une famille algérienne, émigrée et installée à Nice. Son père (le Padre) n’a de cesse que ses trois enfants réussissent leur scolarité et trouvent une place... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 10:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

13 août 2012

Bienvenue à Oakland

« Bienvenue à Oakland » WILLIAMSON Eric Miles (Fayard)   Comme un reflet “républicain” de l’Amérique contemporaine. A travers le regard d’un exclu, d’un privé de rêve. Le type même de reflet qui irrite le Lecteur par ailleurs insensible au mode narratif. Du roman noir, certes. Mais d’une noirceur non innocente, chargée de nourrir l’idéologie dominante, celle de la soumission.
Posté par Palavazouilleux à 15:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
03 août 2012

Tout, tout de suite

« Tout, tout de suite » SPORTES Morgan (Fayard)   Morgan Sportès a écrit l’acte d’accusation d’une société qui fabrique des barbares. La nôtre. Un matériau encore présent dans toutes les mémoire : l’affaire du « gang des barbares ». L’enlèvement d’un jeune homme d’origine juive par une bande de « laissés pour compte » commandée par un fier à bras d’origine ivoirienne. Sa longue séquestration puis sa mise à mort, les négociations entre la famille de l’otage et les ravisseurs n’ayant pu... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 15:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 octobre 2011

La belle étoile

"La belle étoile" Jean VEDRINES (Fayard) Sans doute un rendez-vous manqué. Tant le Lecteur est proche de ce qui constitue la trame de ce roman: la place prise par des immigrés italiens, au lendemain de la seconde guerre mondiale, dans la société française. Place économique, puisque ces immigrés participèrent à la remise en marche de la machinerie industrielle. Mais aussi place politique, puisque ces immigrés (ceux du roman) avaient auparavant participé à la résistance anti-fasciste et milité au sein du parti communiste... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 12:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 novembre 2010

Portable

"Portable" Ingo SCHULZE (Fayard)Treize nouvelles. Dont le Lecteur souhaite qu'elles permettent à l'écrivain allemand de se faire la place qu'il mérite dans les librairies et les bibliothèques de France (dont il exclut toutefois Palavas-les-Flots, berceau de la médiocrité et de la flagornerie) et de Navarre. Ingo Schulze brosse de ses contemporains des portraits qui ne sont pas sans faire penser (parfois) à ceux qu'ont légué les Petits Maîtres Hollandais (si bien représentés au musée de Montpellier)."Les... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 17:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,