41MqvriPWsL

 

 

 

 

 

 

 

« Oscar De Profundis »

MAVRIKAKIS Catherine

(Sabine Wespieser)

 

L’imminence de la fin du monde en ce siècle qui s’achève. Montréal (l’Auteure est québecquoise). Les gueux, les pauvres, en voie de disparition. La peste, conjuguée aux opérations conduites par les forces armées. La débrouille. La résignation. « Depuis des décennies, et peut-être même des siècles, il y avait une résignation parmi les pauvres qui était bien étonnante. Pourquoi n’y avait-il pas eu plus de vraies révoltes ? Pourquoi pas plus d’actions organisées, réfléchies ? »

Sur l’autre versant, la société des nantis. Enclose dans des périmètres inaccessibles aux gueux, aux pauvres. Partout sur la planète. Puisque c’est un gouvernement mondial qui dirige les affaires de ce qu’il subsiste des sociétés humaines. Une seule langue pour donner sens à ce qui est assimilable à un système totalitaire.

Et puis Oscar De Profundis. La Star. Enfant de Montréal. Qui s’en revient au pays pour y donner deux concerts. Sauf que les évènements qui surviennent se tournent contre lui. Dont la peste.

Quelques rebelles cependant. Peu soucieux d’idéologie. S’accrochant à de vagues repères. Se considérant comme des vaincus. N’ayant d’autre désir que d’échapper aux contraintes que leur impose le système totalitaire. Se souvenant toutefois des privilèges qu’offre parfois la société du spectacle. Et projetant donc de faire main basse sur la Star.

Un roman désespéré. Un roman sur « la finitude ». Un roman en phase avec l’idéologie dominante. Tel est du moins le ressenti du Lecteur.