accordeur

"L'accordeur de pianos"
Pascal MERCIER
(10/18)

Le Lecteur n'a toujours pas quitté le train de nuit pour Lisbonne à l'intérieur duquel il effectue d'incessants allers et retours. Ce qui explique peut-être les difficultés qui furent siennes à écouter les partitions remises à l'ordre du jour par l'accordeur de pianos. Le Lecteur s'explique: chronologiquement "L'accordeur de pianos" est antérieur à "Train de nuit pour Lisbonne". Mais voilà, il découvrit et s'enthousiasma pour le second avant que d'ouvrir puis de lire le premier. Lequel n'est pas à la hauteur de celui qui lui succéda, la hauteur littéraire, comme de bien entendu. Même si l'histoire de l'accordeur de pianos (qui trucida un célébrissime ténor - du moins Pascal Mercier le laisse-t-il tout d'abord croire -), contient en germes les ingrédients qui, quelques années plus tard, feront de "Train de nuit pour Lisbonne" un roman d'exception. Reste tout de même que "L'accordeur de pianos" n'est pas une oeuvre à négliger, qu'elle est celle d'un écrivain qui s'essaie à explorer des territoires inconnus, qui parfois s'égare, mais qui déjà plane bien au-dessus des fadaises qui font les délices des épiciers en édition.