Les-Pecheurs

 

 

 

 

 

 

« Les pêcheurs »

OBIOMA Chigozie

(L’Olivier)

 

Une bourgade au Nigéria. L’histoire d’une fratrie entraînée malgré elle dans une aventure morbide. La rencontre inopinée avec Abulu, personnage dont la folie fait naître des tas de légendes. Une malédiction qui se réalisera : la mort de l’ainé de la fratrie, assassiné par l’un de ses frères. Les terribles enchainements qui s’en suivent. Dans le contexte d’un pays où les luttes pour le pouvoir dont particulièrement sanglantes. Ce roman devient très vite une sorte de conte qui puise dans les traditions africaines mais dont l’Auteur semble ne jamais perdre de vue qu’il s’adresse à des lecteurs étrangers à sa propre culture. D’où parfois, chez le Lecteur, la désagréable sensation d’un équilibre instable, en dépit de l’humour qui nimbe parfois le récit d’une drôlerie apaisante.

« Salomon poursuivit en nous racontant qu’en 1993, Abulu avait été surpris collé à la statue colorée de la Vierge devant la Cathédrale St. Andrew. Croyant sans doute qu’il s’agissait d’une jolie femme qui, pour une fois, ne tentait pas de lui résister, il avait enlacé la statue et s’était mis à se frotter contre elle en gémissant, sous les regards d’une foule moqueuse, jusqu’à ce que quelques dévots l’en arrachent… »