24 juillet 2012

Le système Victoria

« Le système Victoria » REINHARDT Eric (Stock)   C’est un roman. « Puissamment érotique », selon Mélérata, l’hebdomadaire des désorientations culturelles. Le Lecteur, lui, ne s’est confronté qu’à un érotisme à peine susceptible d’arracher un sourire à un familier du mensuel « Union ». Quant à la puissance, elle lui parait toute relative. Un roman bien de chez nous qui ne transgresse que les apparences.  
Posté par Palavazouilleux à 13:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 juillet 2012

Miroir brisé

« Miroir brisé » RODOREDA Mercè (Autrement)   Le Lecteur fut comme envoûté par ce roman d’exception. L’histoire d’une femme d’humble « extraction » qui séduit un riche propriétaire puis se fait épouser et qui investit une vaste demeure à la périphérie de Barcelone. Là où naîtront ses trois enfants. La revanche d’une femme qui vit dans une évidente opulence. Une femme qu’observent, que scrutent ses proches mais aussi la domesticité. Le parcours d’un siècle dont les rumeurs peinent à traverser les murs qui... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 15:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 juillet 2012

Grâce leur soit rendue

« Grâce leur soit rendue » NOBECOURT Lorette (Grasset)   Le Lecteur effleura Lorette Nobécourt à Montélimar, voilà trois ou quatre ans, à Montélimar, lors d’un café littéraire au cours duquel Sorj Chalandon présenta son « Traître ». Il fut intrigué. Une attitude. Quelques phrases. Qui le déterminèrent à manifester une certaine attention à l’égard de cette jeune romancière. Il lut « En nous la vie des morts » puis « L’usure des jours ». Pas vraiment convaincu, mais touché par certains... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 15:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 juillet 2012

J'ai réussi à rester en vie

« J’ai réussi à rester en vie » OATES Joyce Carol (Philippe Rey)   Le plus étrange, le plus intime des livres de Joyce Carol Oates. Un récit qui narre la mort de Raymond Smith, son mari avec lequel elle a vécu près d’un demi-siècle. La mort à laquelle Joyce Carol Oates ne se résout pas, la mort qu’elle se reproche. C’est elle, en effet, qui conduisit Raymond Smith qui souffrait d’une pneumonie dans l’hôpital où s’est accompli l’irrévocable. Veuve, la romancière se confronte alors à l’absence, au vide. Mais aussi à... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 14:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 juillet 2012

Dans la grande nuit des temps

« Dans la grande nuit des temps » MUNOZ MOLINA Antonio (Seuil)   Qu’écrire ? Si ce n’est que ce roman est un monument de la littérature contemporaine. Aux yeux du Lecteur, bien entendu. Lequel fut emporté par la narration de la Tragédie au terme de laquelle l’Espagne s’enferma durant près de quarante ans dans une sorte de sarcophage. Mais ce roman-là n’est pas un roman de plus sur la Guerre d’Espagne : il est le roman de la Guerre d’Espagne, cette guerre qui cristallise en elle toutes les autres guerres... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 14:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 juillet 2012

Retour à Killybegs

« Retour à Killybegs » CHALANDON Sorj (Grasset)   Sorj Chalandon en finit avec son « traître ». Mais de bien belle façon. Le Lecteur entend par là que l’ancien journaliste de Libé universalise son propos, qu’il narre une tragédie dont les fondements sont certes liés à la guerre qui opposa en Irlande, républicains et britanniques, mais qu’il confère à son personnage une dimension qui est bel et bien celle de la tragédie. Celui d’un homme dévoué à une cause, a priori la plus noble des causes, celle de... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 16:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 juillet 2012

Accabadora

« Accabadora » MURGIA Michela (Seuil)   Roman subtile, drôle, intelligent, sensible sur la vie d’une vieille couturière sarde à qui une veuve a cédé la cadette de ses filles. Mais la vieille couturière accomplit certaines nuits des œuvres singulières qui finiront par intriguer l’adoptée. Sous ce qui pourrait s’apparenter à une certaine légèreté émerge un superbe récit dont le Lecteur regrette de n’avoir pu le découvrir dans sa langue originale, l’italien. Un récit poétique, un récit hors du temps, enraciné en... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 16:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 juillet 2012

Le pied mécanique

« Le pied mécanique » FERRIS Joshua (Lattès)   C’est l’histoire d’un homme qui ne peut plus s’arrêter de marcher. Au point qu’il ira jusqu’au terme de l’épuisement. Alors que tout semblait devoir lui réussir, au plan professionnel comme au plan affectif. Roman convenu, beaucoup moins dérangeant qu’il n’y paraît à prime abord. Roman qui se parcourt sans déplaisir mais qui ne laisse que d’insignifiantes traces.   
Posté par Palavazouilleux à 14:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 juillet 2012

Le journal des cinq saisons

« Le journal des cinq saisons » BASS Rick (Belfond)   Décevant. Non pas tant l’exercice auquel s’est livré Rick Bass : raconter, mois après mois, une année de vie dans un coin perdu du Montana. Une année au long de laquelle l’écrivain observe le monde au sein duquel il vit et il travaille. Une vallée où s’éternisent les hivers, où l’été impose ses fulgurances. Une vallée qui subit elle aussi, et de manière insidieuse, les processus initiés par les sociétés humaines. Comme une mort programmée au terme d’une... [Lire la suite]
Posté par Palavazouilleux à 12:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 juin 2012

Providence

« Providence » FERRE Juan Francisco (Passage du Nord-Ouest)   Drôle et même ravageur dans ses premiers chapitres, le roman s’enlise ensuite dans ses redondances. Les lourdeurs se camouflent certes derrière des modernismes de bon aloi. Mais elles génèrent très vite l’ennui et parfois même l’exaspération. Le portrait du cinéaste très tendance se dilue et finit par perdre toute pertinence.
Posté par Palavazouilleux à 14:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,