41wrKIlluML

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« La femme nue »

STANCANELLI Elena

(Stock)

 

Une rupture. Davide quitte Anna. « Quand on cesse de s’aimer, on ressemble aux joueurs qui ont épuisé les arrêts de jeu, les penalties, les remplacements. On est là face à face, sans nulle part où se cacher. On se regarde dans les yeux, avec de la gêne et un peu de dégoût. » Anna entend continuer à occuper une place, sa place, dans l’existence de Davide. Les machineries électroniques offrent d’étranges opportunités. Pirater le compte Facebook de l’autre, du déserteur. L’espionner en usant du téléphone portable. S’immiscer auprès de sa nouvelle maîtresse. Entre autres. 

Un roman qui se parcourt au grand galop. Un roman qui crée l’illusion d’éclairer le Lecteur sur l’évolution des relations femme/homme depuis l’émergence et donc l’usage des nouvelles technologies. Lesquelles technologies qui, de fait, ne bouleversent rien et ne font qu’ouvrir d’autres opportunités tant pour tenter de détruire l’autre, le déserteur, que de se détruire soi-même. Donc un roman qui laissa perplexe le Lecteur, qui fut bien loin de l’enthousiasmer mais face auquel il ne s’indifféra pas tout à fait.

« L’envoi de photos peut se substituer aux rapports sexuels. Envoie-moi des photos de toi, et je pourrai me passer de toi. Je les garderai sur mon téléphone, dans mon ordinateur, je n’aurai même pas besoin de les regarder. Le seul fait d’en disposer me procurera assez de plaisir pour renoncer sans problème à coucher avec toi si la chose s’avère trop difficile ou demande trop d’efforts. »