978-2-267-02986-4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« L’un l’autre »

STAMM Peter

(Bourgois)

 

Thomas et Astrid. Leurs deux enfants. Tous les quatre s’en reviennent d’Espagne où ils ont passé d’agréables vacances. Ils retrouvent leur maison. En Suisse. A n’en pas douter, ils vont reprendre le cours normal de leur existence. Le bureau pour lui. La maison pour elle. L’école pour les deux enfants. Mais non. Thomas disparaît. Sans vraiment chercher à se dissimuler. « Thomas marchait maintenant plus vite, comme s’il avait quitté le champ de gravitation du village, son allure n’avait plus rien de contraint dans le territoire inexploré de la nuit où il s’enfonçait maintenant. » Dès lors, Thomas et Astrid vont en quelque sorte se raconter. Thomas dans son errance pédestre à travers les montagnes helvètes. Astrid, dans son attente puis dans sa recherche de l’homme en fuite. Son compagnon. Fulgurance des souvenirs qui s’entremêlent aux menus choses de leurs quotidiens respectifs. Une apparente accélération du temps. L’ignorance dans laquelle l’Auteur englue le Lecteur sur la réalité de la mort de Thomas telle qu’elle semble être vécue par Astrid. Alors que Thomas poursuit semble-t-il son errance. « Maintenant il éprouvait de façon douloureuse qu’il ne faisait plus partie des autres, il était devenu un corps étranger dans ce petit monde ou tout était bien rôdé. »

Un roman que le Lecteur considère comme un prolongement de ceux qu’il eut l’opportunité de découvrir. Un roman qui décrit l’impossibilité de vivre dans le monde tel qu’il se transforme. Un roman qui suggère la fuite comme solution possible, et qui laisse à chacun la liberté de choisir les modalités de cette fuite.