index

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Allmen et la disparition de Maria »

SUTER Martin

(Bourgois)

 

Martin Suter ne s’est pas épuisé dans l’écriture de ce (court) polar. Une suite à « Allmen et les Dahlias », roman de la même veine, mais plus surprenant, plus drôle. Ce qui avait ravi le Lecteur.

Donc dans cette suite, les mêmes personnages, le même cadre, un contexte identique. La vieille et richissime propriétaire de l’hôtel où elle termine sa vie. Le célèbre tableau peint par Henri Fantin-Latour qui lui appartient. Qui lui fut donc volé. Mais qu’au terme de moult péripéties, Friedrich von Allmen lui restitua en parfait état. Mais aussitôt après cette restitution, voilà que les auteurs du vol kidnappent Maria, l’amie et la compagne de Carlos, son fidèle serviteur guatémaltèque (et en situation illégale au pays des Helvètes Confédérés). D’où une seconde enquête afin de retrouver le plus vite et dans le meilleur état possibles la malheureuse Maria.

Un bouquin qui se lit très vite. Mais non sans plaisir. Martin Suter sait lier ses sauces. Même lorsqu’elles ne sont destinées qu’à accompagner de « petites choses » littéraires.