kebabdjian

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Les Désœuvrés »

KEBABDJIAN Aram

(Seuil)

 

Un pays peut-être imaginaire. Une résidence pour artistes sur les rives d’un fleuve au cours paisible. Des artistes au sommet de la gloire pour quelques-uns d’entre eux. D’autres, besogneux ou débutants. Et tous ceux qui gravitent autour d’eux. Ploutocrates de la culture. Richissimes acheteurs. Galeristes. Faiseurs de réputation. Une microsociété. Refermée sur elle-même. Le portrait plutôt réussi, drôle, parfois caustique du monde de l’art qui se prétend contemporain. Une trentaine de chapitres. Donc une trentaine d’artistes. Donc une trentaine d’œuvres imaginées par l’Ecrivain. Les mesquineries, les haines, les fausses plus que les vraies réconciliations, les jalousies. Une société répugnante mais satisfaite d’elle-même. Un roman à découvrir.