LeGarconAuxIconesDesmondHogan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Le garçon aux icônes »

HOGAN Desmond

(Grasset)

 

« Mai était toujours un mois étrange ; qui avait lieu ou non. Cette année il n’eut pas lieu, pour ce qui était du ciel, du moins au début.

Il plut. »

L’Irlande. Celle du Nord. Un roman historiquement daté (le début des années 1970). Qui ne prend pas parti, bien que les principaux protagonistes, mère et fils, soient irlandais. Même si, et selon toutes les apparences, le fils s’engage à un moment du côté de l’IRA. Ce fils qui porte le deuil de son ami Derek, avec lequel il a vécu une amour adolescente, dont le fantôme le hante. Dans un pays puritain. Où la mère tente de s’abstraire de la normalité. Qui s’en va séjourner à Londres le temps d’un été, avec l’espoir de retrouver le fils prodige. Ce fils qui l’approche tout en la tenant à distance, puis qui se détermine à fuir. A fuir ce qui l’opprime, ce qui l’étouffe. Tandis que la mère revient vers l’Île, reprend son travail de couturière, survit, « car il ne restait plus rien désormais que la lente marche vers la tombe ». Cette mère qui, au bout du compte, se réinstalle dans « une petite tragédie locale parmi tant d’autres. »

Il aura fallu quarante ans pour que ce sombre, ce douloureux, ce beau roman irlandais soit traduit puis publié en France. Mais il est vrai que l’édition depuis plusieurs décennies est une activité que ne s’embarrasse quasiment plus des exigences de l’autrefois.